top of page
  • Alexandra Jaffré

Portrait cubiste de Gustave Miklos

Dernière mise à jour : 1 avr.

Gustave Miklos. Portrait de la soeur de l'artiste peint en 1913 exposée au Salon des Artistes indépendants de 1913 à Paris
Gustave Miklos. Portrait de Mlle M. M. [la sœur de l’artiste]. 1913 © Kâ-Mondo


Une toile par Gustave Miklos aux enchères


Le 20 avril 2021 passait en ventes publiques à Drouot-Paris le portrait cubiste d'une femme peint par l’artiste Gustave Miklos :

Portrait de la sœur de l’artiste. Huile sur toile. Signature en partie illisible en bas à gauche 1915 [sic] et contresignée au dos. 92,5 x 73,5 cm. Manques de peinture.

Porté par une estimation très attractive de 500 à 600 €, le tableau réalisait 6.200 € hors frais. Il avait connu une précédente tentative infructueuse à Drouot-Richelieu en 2014 puis en 2015 sur une estimation qui semblait trop ambitieuse à l’époque.


Daté de 1913, il avait été catalogué la première fois chez Me Boisgirard en 1986. Nous savons qu'il avait été acquis par son vendeur de l'époque directement auprès de Marie-Louise Miklos, la veuve de l'artiste.


Pourquoi faire appel au Comité Gustave Miklos ?


Le Comité Gustave Miklos a pu réunir des informations sur cette œuvre peinte par Gustave Miklos. La toile avait été exposée au Salon des Indépendants de 1913 sous le n°2115 « Portrait de Mlle M. M. » avec une « Etude de nu ».


Extrait du catalogue de la 29e exposition de la Société des Artistes Indépendants en 1913 dans laquelle Gustave Miklos a exposé le portrait de sa soeur.
Catalogue du Salon des Artistes Indépendants. 1913 © Gallica

La signature en bas à gauche était très difficilement lisible. A l’arrière de la toile, la mention « G. Miklos » était intrigante. Très imposante, elle semblait avoir été rapidement peinte. Etait-ce bien de la main de l’artiste ? Nous ne l’avions jamais rencontrée auparavant.


Verso du portrait de la soeur de l'artiste avec le nom de Gustave Miklos
Arrière de la toile avec la mention "G. Miklos" écrite de manière visible © D.R.

Lors des expositions de groupe à cette époque, les tableaux étaient installés face contre mur, au sol, à l’endroit où ils étaient destinés à être accrochés. Le seul moyen de savoir de quel artiste était quel tableau, et où il devait prendre place sur le mur, était celui d’inscrire au revers le nom de leur auteur. On comprend donc pourquoi l’écriture est large, destinée à être visible de loin. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit bien de l’écriture de Miklos. Nous le reconnaissons à la formation des lettres de son nom.


Du rôle des archives dans l’expertise d’une œuvre


Autre élément d’importance, la présence dans les carnets de croquis de l’esquisse de cette toile, d’un traitement beaucoup plus cubiste que le résultat final. Le dessin nous permet de distinguer plus aisément l’arrière d’un tableau posé contre le mur, une autre toile avec un bâtiment, ainsi qu’un large rideau et une chaise venant structurer le fond. La composition architecturale à l’arrière a cependant disparu de la toile sous les coups de pinceau colorés.


Gustave Miklos. Toile et esquisse de la soeur de l'artiste
Gustave Miklos. Portrait de la sœur de l’artiste. Toile (à gauche) © Kâ-Mondo. Gustave Miklos. Portrait de la sœur de l’artiste. Esquisse au crayon (à droite) © Archives Miklos

Cette œuvre sera reproduite au nouveau catalogue raisonné en préparation.


Les amateurs, collectionneurs et découvreurs sont invités à contacter le Comité Gustave Miklos pour leur soumettre les œuvres, sculptures, dessins, objets et peintures de Gustave Miklos en vue d'une inclusion gracieuse. Un nouveau catalogue raisonné sur l’artiste hongrois naturalisé français est en cours d’élaboration.


Auteur :

Alexandra Jaffré, historienne de l'art, expert Art Déco, membre de la CEA et Secrétaire générale du Comité Gustave Miklos.

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page